GBGH téléphone 705-526-1300
GBGH News

Les patients de l’HGBG victimes d’un AVC ont maintenant accès à un important nouveau protocole de traitement




Le 15 février, l’Hôpital général de la baie Georgienne (HGBG) a réalisé un exercice de simulation pour mettre à l’essai le processus lié à un nouveau protocole en matière d’accident vasculaire cérébral visant à garantir que les patients ont accès à un important traitement en temps opportun dans les quatre à 24 heures suivant le début d’un AVC. Le processus prévoit une évaluation à l’HGBG au moyen de la tomodensitométrie et le transfert vers un centre d’AVC de la région du Grand Toronto aux fins de thérapie endovasculaire pour retirer le caillot sanguin qui cause l’AVC. L’accès à ce traitement représente le traitement standard des soins aux victimes d’AVC dans la communauté.

 

Le 22 février 2022 – À partir du 22 février, l’Hôpital général de la baie Georgienne (HGBG) offrira aux patients un nouveau protocole de traitement étendu pour garantir l’accès aux soins en temps opportun aux patients victimes d’un accident vasculaire cérébral aigu (AVC). Grâce au nouveau protocole, l’HGBG évaluera la possibilité d’AVC chez les patients à même l’hôpital et coordonnera leur transfert vers un établissement où ils pourront recevoir ce traitement important,  qui n’était pas disponible auparavant à l’HGBG, en vue de réduire les effets de l’AVC.

Le nouveau processus sera mis à la disposition de patients qui se présentent au Service d’urgence de l’hôpital manifestant des signes d’AVC dans les quatre à 24 heures qui précèdent. Ces patients seront examinés par tomodensitométrie et en cas de confirmation d’AVC, nous prendrons des dispositions pour leur transfert rapide vers un centre d’AVC dans la région du Grand Toronto. Une fois arrivé au centre d’AVC, le patient sera considéré comme candidat à la thérapie endovasculaire (TEV), utilisant un cathéter pour retirer le caillot de sang qui cause l’AVC. Les patients admis qui subissent un AVC pendant qu’ils sont à l’HGBG seront également admissibles au transfert, en fonction du temps.

« Lorsqu’il s’agit d’intervention en cas d’AVC, la théorie commune suggère que ‘chaque seconde compte’, en rapport à l’importance de l’action rapide à reconnaître les signes d’AVC et à se faire traiter, » a dit Angie Saini, vice-présidente des Services cliniques et chef de direction des soins infirmiers, HGBG. « À l’HGBG, nous sommes maintenant en mesure de faciliter le transfert de patients vers un centre d’AVC où ils peuvent recevoir la TEV pour retirer le caillot qui cause l’accident vasculaire cérébral. L’accès à ce choix de traitement supplémentaire revêt une grande importance pour les gens de la communauté victimes d’AVC. »

Au-delà des 24 heures suivant un AVC, les choix de traitement dont dispose la victime sont nettement réduits, faisant en sorte que le temps est un facteur critique pour réduire les répercussion d’un AVC à long terme. Chaque minute de retard de traitement d’un AVC signifie la perte de 1,9 millions de cellules du cerveau chez le patient.

Dans un délai de quatre heures (0 à 4 heures) après le début de l’AVC, les patients peuvent recevoir un traitement d’activateur tissulaire de plasminogène (t-PA), médicament servant à briser un caillot sanguin et à rétablir le flux sanguin au cerveau. Le traitement est très efficace, mais doit être administré dans un délai de quelques heures suivant le début d’un accident vasculaire cérébral. De plus, le traitement n’est offert que dans les plus grands hôpitaux régionaux et non pas dans les  hôpitaux communautaires comme l’HGBG. Chez les patients que l’on soupçonne de subir un AVC et qui sont admissible au traitement t-PA, les ambulanciers les amènent directement à un hôpital t-PA. Dans la région de Simcoe Muskoka, les patients se rendent au Centre régional de santé Royal Victoria à Barrie pour le traitement t-PA.

Cerner les signes avant-coureurs d’un AVC peut réduire le délai entre l’accident, l’appel d’urgence 9-1-1 et l’arrivée à la salle d’urgence de l’hôpital aux fins d’évaluation et de réception de traitement approprié. La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC encourage les gens à détecter les signes d’un AVC et d’agir VITE pour amorcer le plus rapidement possible le traitement destiné à sauver la vie.

  • Visage – Est-il affaissé?
  • Incapacité – Pouvez-vous lever les deux bras normalement?
  • Trouble de la parole – Trouble de prononciation?
  • Extrême urgence – Composez le 9-1-1.

La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC estime que 62 000 AVC se produisent au pays chaque année, soit un accident toutes les neuf minutes. L’AVC est la principale cause de décès au Canada et  une importante cause d’incapacité chez les adultes (https://www.heartandstroke.ca/what-we-do/our-impact/saving-lives#:~:text=Each%20year%20in%20Canada%2C%2062%2C000,for%20stroke%20and%20cardiac%20arrest).

 

Renseignements :

Jennifer Moore

Directrice des communications et des relations avec les intervenants

Hôpital général de la baie Georgienne

705 526-1300, poste 5177

moorejen@gbgh.on.ca