Taille du texte

Histoire

GBGH Technicien de laboratoire

GBGH Technicien de laboratoire

Hôpital général de la baie Georgienne

L’Hôpital général de la baie Georgienne résulte de l’intégration volontaire de l’Hôpital du district de la Huronie et de l’Hôpital général de Penetanguishene en 2008.

Les deux hôpitaux étaient les premiers à s’intégrer lorsqu’ils ont formé l’Alliance des hôpitaux de Simcoe Nord en octobre 1992, soit une alliance volontaire conclue entre l’Hôpital du district de la Huronie et l’Hôpital général de Penetanguishene dans le but de :

« mettre en place un mécanisme permettant aux deux hôpitaux de planifier ensemble afin de maximiser l’utilisation des ressources existantes et nouvelles en matière de soins de santé au sein de la région et de fournir des soins hospitaliers de la plus haute qualité aux résidents de Simcoe Nord. »

Les hôpitaux ont amorcé un processus de planification globale volontaire visant à apporter des changements fondamentaux au mode de prestation des services hospitaliers offerts dans la région de Simcoe Nord.

À l’été 1995, on a révisé les règlements administratifs des deux hôpitaux pour permettre aux deux sociétés indépendantes de former un partenariat doté de l’autorité voulue pour planifier les services hospitaliers. L’entente a aussi permis aux deux hôpitaux de devenir un employeur unique et, par conséquent, d’élaborer des plans de transition efficaces en matière de ressources humaines.

Au printemps 1996, les hôpitaux ont annoncé des changements de rôle visant à regrouper des services particuliers aux deux emplacements. Le processus a été achevé en octobre 1996. Depuis, l’Alliance a formé une équipe de gestion intégrée et un personnel médical commun.

Une tentative d’intégration formelle sous la commandite de l’Association catholique de la santé de l’Ontario, qui parrainait déjà le site de Penetanguishene, a échoué en 2007.

Par conséquent, un superviseur provincial a été nommé en vue de recommander une solution pour la communauté, y compris l’intégration des deux sites hospitaliers en un seul organisme laïque et le dessaisissement de l’hôpital psychiatrique de la province à l’Hôpital général de Penetanguishene Inc.

Site de Midland

L’origine de l’hôpital remonte à 1905, année de l’ouverture du premier hôpital à Midland. Le Midland/Penetanguishene Marine and General Hospital était situé à Sunnyside. L’hôpital comptait 12 lits et le tarif quotidien par patient était de 0,70 $. En 1911, on a construit un hôpital à Penetanguishene et raccourci le nom pour refléter ce changement.

Dans le petit bâtiment isolé à Sunnyside, on faisait aussi l’élevage de vaches et de poulets et on cultivait un grand potager pour approvisionner la cuisine. En plus de faire des quarts de travail de 12 heures par jour, les infirmières devaient accomplir toutes sortes de tâches dans leur temps libre, comme travailler à la cuisine, s’occuper du potager et traire les vaches. En 1906, un groupe de femmes enthousiastes a formé le conseil des auxiliaires dans le but de prêter main-forte. Leurs tâches principales consistaient à fournir et à coudre le linge de maison, les chemises, les layettes, les nappes et les tabliers.

En 1918, on a déménagé l’hôpital à la maison Manley Chew sur la rue Bay à Midland, un don de M. James Playfair à la ville de Midland. Selon ses directives, on l’a nommé St. Andrew’s Hospital. Mme Playfair, ancienne présidente du conseil des auxiliaires, a fait don de la maison adjacente pour qu’elle serve de résidence d’infirmières.

Le St. Andrew’s Hospital a continué d’offrir des services hospitaliers aux résidents de Midland jusqu’en 1976. Au début des années 1970, le gouvernement et le comté de Simcoe ont avancé des fonds pour la construction d’un hôpital moderne à la fine pointe de la technologie qui desservirait les populations de Midland, des cantons de Tay et de Tiny, et des environs.

L’Hôpital du district de la Huronie a ouvert ses portes au public en octobre 1976. On a vendu l’ancien hôpital qui a été converti en maison de soins infirmiers et rebaptisé St. Andrew’s Manor. À la fin des années 1980, on a commencé le processus de planification visant à améliorer l’hôpital par le biais de l’expansion du Service des urgences, du programme d’obstétrique et du laboratoire. En 1988, la Fondation de l’Hôpital du district de la Huronie nouvellement créée a lancé une campagne de financement, laquelle a permis de recueillir plus de 2 millions de dollars. Ces fonds ont servi a apporter les changements prévus à l’HDH pour répondre à l’augmentation de la demande.

Site de Penetanguishene

La culture du site de Penetanguishene est solidement ancrée dans l’histoire et la foi, et remonte au début du ministère de guérison au Canada. Au cœur de la région de la Huronie, on retrace l’arrivée des voyageurs français à 1610, suivi de près par les missionnaires jésuites qui étaient venus répandre leur message évangélique et établir leur ministère de guérison. Les missionnaires ont conséquemment ouvert le premier hôpital en Ontario à Sainte-Marie-au-Pays-des-Hurons.

Au début des années 1900, une épidémie de diphtérie a éclaté et confirmé le besoin d’avoir des installations et des services hospitaliers convenables. Le 14 avril 1911, un petit groupe de personnes dévouées au bien public et de médecins locaux ont vu leur rêve se concrétiser avec la constitution en personne morale de l’Hôpital général de Penetanguishene. En 1912, on a ouvert une école d’infirmières, qui est demeurée active jusqu’en 1929.

L’hôpital était une ressource à laquelle la communauté tenait beaucoup. Les archives révèlent que les membres du conseil d’administration, les médecins, les auxiliaires et les citoyens contribuaient d’une manière très concrète à la cause, soit en mettant la main à la pâte ou en aidant à payer les salaires du personnel. Toutefois, malgré tous ces efforts, la situation financière de l’hôpital demeurait des plus précaires. Au début des années 1940, le conseil a dû reconnaître que la situation ne pouvait plus durer.

Le curé à l’époque, Monseigneur Jean Castex, connaissait bien l’apostolat des Sœurs grises de la congrégation de l’Immaculée-Conception dans le domaine de la santé. Au nom de la ville, il a invité les Sœurs à prendre en charge la gestion de l’hôpital. Les deux parties en sont venus à une entente et, le 15 août 1942, six sœurs débarquaient en ville.

Avec elles, les Sœurs apportaient la promesse de servir. L’entente en était une de collaboration entre deux cultures riches en communauté et en service par laquelle on assurerait la prestation de soins de santé à la communauté. Grâce au travail non rémunéré accompli par les Sœurs et à la reprise de l’économie locale, il n’a fallu que quelques années pour redresser la situation financière de l’hôpital. Avec l’introduction de services de laboratoire et de radiologie ainsi que l’achat de nouvel équipement, le besoin pour de nouvelles installations s’est rapidement fait sentir. En 1946, on a donc commencé le processus de planification pour la construction d’un nouvel hôpital.

Les municipalités, les clubs philanthropiques, les églises et les citoyens de la région ont contribué énormément de temps, d’argent et d’efforts pour que le projet se réalise. Le nouvel hôpital a ouvert officiellement ses portes le 25 juillet 1954. Il s’agissait d’un établissement de santé moderne au service des municipalités de Penetanguishene et d’Elmvale, et des cantons environnants.

En 1953, les Sœurs grises ont accepté de renouveler leur entente pour une période de dix ans. En 1963, alors qu’on remettait en question la viabilité financière de l’établissement, les Sœurs ont acheté l’hôpital de la ville.

L’avènement de l’universalité des soins de santé a considérablement amélioré l’accès aux services et créé une pression sur les installations, mais l’hôpital a su répondre à la demande. Il a ainsi mené deux projets d’agrandissement importants depuis 1954. En 1973, on a procédé à la construction d’un nouveau service des urgences, d’une unité de consultations externes et d’un service de physiothérapie, puis en 1981, à la construction d’une unité de soins chroniques/de réadaptation.

En septembre 1992, l’hôpital a reçu l’approbation du ministère de la Santé pour exploiter un centre régional de réadaptation doté de 15 lits reclassifiés à cette fin.

Confidentialité | Conditions d'utilisation | Désistement © 2017 Hôpital général de la baie Georgienne